Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

 

Implantation d’un Centre d’Accueil de demandeurs d’asile dans l’hôtel F1 de Chasse-sur-Rhône

14 avril 2017

Claude Bosio, Maire de Chasse-sur-Rhône, est en colère. Il vient d’apprendre que l'hôtel F1, proche de l’entrée d’autoroute en direction de Vienne, a été retenu par l’Etat pour être transformé en Centre d’accueil de demandeurs d’asile. Au niveau national, le Gouvernement a confié à la Caisse des dépôts et consignations et à sa filiale immobilière, la SNI, le soin de racheter 62 établissements pour les transformer en foyers sociaux dans un contexte de crise du logement d’urgence.

« Comprenez-moi bien ! Je ne remets pas en cause l’idée de recevoir dignement des personnes qui fuient des pays en guerre ! Mais je dénonce l’absence totale de communication avec les élus locaux directement concernés que nous sommes ! Personne ne m'a contacté ! Je suis mis devant le fait accompli !

L’équilibre entre les différents pôles de la Ville (des quartiers résidentiels, des zones d’activités dont deux usines classées SEVESO et la zone commerciale) pourrait être mis à mal alors que nous œuvrons au quotidien, par un travail de fond avec l’ensemble de mon équipe, pour que chacun trouve sa place sur le territoire. Nous sommes dans la négation des pouvoirs de police du Maire qui se doit d’organiser la sécurité sur toutes les parties de son territoire.

Cette décision, prise sans aucune concertation et dans la plus grande discrétion, pose de nombreuses questions : sur la méthode, le cadre de l’accueil, l’accompagnement qui pourra être proposé, par qui cet accompagnement sera financé, les acteurs qui seront concernés… Elles restent à ce jour sans réponse alors que l’ouverture du Centre semble très proche, l’activité du F1 cessant au 30 juin prochain. Et que l’opérateur ADOMA est désigné au niveau national dans le cadre du projet Hémisphère depuis plusieurs mois.

La Ville de Chasse-sur-Rhône est un acteur majeur de la cohésion sociale sur l’agglomération viennoise et peut s’en enorgueillir. En tant qu’élus, nous mettons en place de nombreuses actions à destination de tous les publics, dans la tradition de solidarité de la Ville.

On peut estimer que l’ouverture de ce Centre d’accueil conduira à un accroissement de 2% de la population chassère de façon soudaine et non préparée. Comment gérer cet afflux de demandeurs d’asile ? La taille de nos infrastructures et notre budget ne sont pas extensibles. Est-ce que l’Etat financera les besoins de cette structure ? Est-ce que toutes les conditions sont réunies pour accueillir notamment des familles avec enfants ? Cette ouverture de Centre d’accueil soulève énormément de questions dont on peut se demander si, au lendemain des élections présidentielles, elles trouveront des réponses. 

Dès aujourd’hui, j’engage toutes les discussions et actions envers les autorités même si je regrette que celles-ci n’interviennent qu’à posteriori. J’adresserai très rapidement un courrier à M. le Préfet de l’Isère sur le sujet. »

Téléchargez le communiqué de presse du 14 avril 2017

Téléchargez le courrier adressé au Préfet le 20 avril 2017