Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

 

Implantation d’un Centre d’Accueil de demandeurs d’asile dans l’hôtel F1 de Chasse-sur-Rhône

6 juin 2017

Implantation d’un Centre d’Accueil de demandeurs d’asile

dans l’hôtel F1 de Chasse-sur-Rhône :

Rencontre de Claude Bosio, Maire avec le Préfet de l’Isère

 

Dans la suite des actions qu’il a mené depuis qu’il a appris, de façon fortuite, l’ouverture d’un Centre d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) sur son territoire, Claude Bosio, Maire de Chasse-sur-Rhône a rencontré ce jour Monsieur le Préfet de l’Isère.

Le 14 avril dernier, Claude Bosio a appris de façon fortuite que l'hôtel F1, proche de l’entrée d’autoroute en direction de Vienne, avait été retenu par l’Etat pour être transformé en CADA. Et ce, dans le cadre d’un programme mené au niveau national de rachat de 62 établissements hôteliers par le Gouvernement via la Caisse des Dépôts et des Consignations.

Claude Bosio a, dès lors, dénoncé l’absence totale de communication de l’Etat auprès des élus locaux directement concernés. Soucieux d’accueillir les personnes dans des conditions acceptables et de préserver les équilibres sur son territoire, Claude Bosio a aussitôt engagé toutes les discussions et actions envers les autorités. Le Maire a donc rencontré Madame le Sous-Préfet de Vienne le 4 mai dernier et ce jour, Monsieur le Préfet de l’Isère. Au cours des deux rencontres, l’Etat ne s’est engagé sur aucun accompagnement des collectivités dans les compétences qui leur reviennent (écoles, aides sociales notamment).

Car, rappelons-le, l’ouverture de cette structure d’accueil induit une arrivée d’enfants et d’adultes sur la ville qu’il convient de recevoir dignement.

« En tant que demandeurs d’asile et durant le temps d’instruction de leur demande d’asile, les personnes n’ont pas accès au droit commun selon le Préfet. Pour autant, après cette instruction de 7 mois en moyenne, que deviendront ces personnes ? Si leur demande d’asile est validée, il reviendra à la collectivité de :

- les accompagner socialement notamment par le versement d’aides auxquelles ils peuvent prétendre auprès du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) de Chasse-sur-Rhône.

- de scolariser les enfants dans un contexte de sureffectifs dans la plupart des classes à Chasse-sur-Rhône.

Les conditions d’accueil des personnes proposées par l’Etat à ce jour sont inacceptables ! Aucun versement d’aide compensatrice de l’Etat n’est prévu pour les collectivités accueillantes alors même que l’ouverture du centre de Chasse-sur-Rhône est fixée au 2 août prochain, c’est-à-dire demain ! Même si l’instruction des demandes d’asile prendra quelques mois, il reviendra ensuite aux municipalités, si les demandes sont validées, de prévoir la scolarisation des enfants (sans savoir le nombre précis à un mois de la fin de l’année scolaire) ainsi que l’accompagnement social des personnes ».

Le Maire ne remet pas en cause l’idée de recevoir dignement des personnes qui fuient des pays en guerre mais il dénonce «  l’absence totale d’accompagnement des élus locaux directement concernés que nous sommes ! Et à qui revient la responsabilité d’organiser les services publics qui doivent être accessibles à tous, sans discrimination aucune et dans la tradition de solidarité de la Ville. Or, en apprenant cette ouverture de centre aussi tardivement, les budgets n’ont pas pu être anticipés. A deux mois de l’ouverture du Centre, de nombreuses interrogations demeurent et je confirme que les conditions ne sont pas suffisamment bonnes pour accueillir dans le respect, des personnes qui fuient leur pays dans un contexte extrêmement difficile !

Les 3 Maires Isérois concernés par un projet (le Maire de Le Fontanil Cornillon, le Maire de Chanas et moi-même) ainsi que le Président du Conseil départemental de l’Isère allons attaquer le Décret n°2017-608 du 21 avril 2017 relatif à l'extension du champ des dispenses de formalités au titre du code de l'urbanisme. Celui-ci dispense les opérateurs du relogement d’urgence de toute formalité au niveau du code de l’urbanisme ».

 

Plus plus d'informations sur le sujet :

Téléchargez le communiqué de presse du 14 avril 2017 annonçant l'ouverture du Centre d'Accueil

Téléchargez le courrier adressé par M. le Maire à M. le Préfet le 20 avril 2017